Le lavage mortuaire en Islam : connu de façon complète uniquement grâce à celui effectué sur la fille du Prophète saws Zaynab, qu’Allah l’agrée.

(Extrait du séminaire sur les filles du Prophète saws)
Le Prophète Muhammad, paix et bénédiction d’Allah sur lui, a connu énormément d’épreuves et parmi celles-ci le fait de voir tous ses enfants mourir avant lui, à l’exception de sa dernière fille Fatima, qu’Allah l’agrée, dont il savait qu’elle allait décéder six mois après lui.
Lorsque sa fille ainée Zaynab, qu’Allah l’agrée, est décédée, un groupe de femmes lui effectuèrent le lavage mortuaire sous la supervision directe du Prophète paix et bénédiction d’Allah sur lui. C’est la compagnonne savante Umm ‘Atiyyah qui transmis à la postérité ces directives qui sont autant de récits précieux concernant cette partie des rites funéraire qu’est le lavage mortuaire.
Ainsi derrière l’épreuve individuelle et la souffrance du dernier des Messager d’Allah, paix et bénédiction d’Allah sur lui, concernant la perte de sa fille, se trouve la cause de l’apprentissage de cet aspect de la religion pour toutes les générations futures. En effet, lorsque nous lisons le chapitre des funérailles dans les principaux recueils de hadîths, comme al muwatta de Mâlik, le sahih al Boukharî, le sahih Muslim, sunan ibn Mâjah, c’est uniquement le hadîth au sujet de sa fille qui présente le lavage mortuaire de manière complète avec les différents détails lors des différentes versions. Et c’est uniquement une femme au niveau des compagnons, Umm ‘Atiyya, qui a rapporté ce récit dans toutes les chaînes de transmission de ces recueils, comme certains autres aspects de la religion ont été transmis par des femmes uniquement au niveau des sahaba (comme le ghusl du prophète saws et son qiyyam al layl transmis par ses épouses, diverses questions sur les menstrues ou encore certaines règles spécifiques au fait de porter le deuil pour les femmes etc.).
Voici les récits fondateurs de nos rites du lavage mortuaire que notre compagnonne Umm ‘Atiyyah a eu coeur de transmettre jusqu’en Perse (à Bassora, récits transmis via les successeurs savants Muhammad et Hafsah bint Sirin) :
Umm 'Atiyyah rapporte : Il (le Prophète saws) nous commanda : « Lavez-la un nombre impair de fois, trois ou cinq ou plus si vous pensez que c'est mieux. Lavez-la avec de l'eau et du jujubier. Mettez du camphre dans le dernier lavage. Lorsque vous avez fini informez-moi. Elle ajouta : nous l'informâmes et il nous donna son manteau et dit : enveloppez-là avec lui. »(Sahih al Boukhari, Muslim, al Muwatta...)
De nombreuses autres versions figurent notamment chez al Boukhârî et Muslim qui livrent des détails supplémentaires :
Il leur dit également : « commencer par le côté droit et les endroits du wudu' ».
Umm 'Atiyya dit également : « Nous avons peigné ses cheveux et les avons divisé en trois tresses. » Chez al Boukhârî : « nous les avons laissées (les tresses) pendre en arrière » ; et Wakî’ rapporte que Soufiane a dit : « une natte était tressée sur le haut et les deux autres étaient tressées sur les côtés de la tête. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire