Donner aux nécessiteux comme les grandes compagnonnes !


Alors qu’environ 300 000 personnes se retrouvent sans abris à Beyrouth après la terrible explosion d’il y a 3 jours, quelques centaines d’autres millions se meurent depuis des années en raison de famines, de maladies ou de guerres. Des urgences catastrophiques pour les uns et des drames structurels géo-politiques pour les autres.

Le reste du monde vivant à l’abri de ce type de calamité se doit d’aider par des dons, de l’aide humaine et matérielle, en plus des invocations en leur faveur que nous pouvons faire en tant que croyant.

A ce titre, plusieurs des grandes compagnonnes sont des modèles de charité :


  • Penser aux autres dans le besoin et prendre son temps pour eux


Umm Dharra rapporte : Ibn az-Zubayr envoya de l'argent à 'Aicha dans deux sacs qui revenaient à 100 000 dirhams, et elle demanda après un bol. Elle jeûnait ce jour et elle commença à diviser l'argent entre les gens. Le soir venu, elle dit : « fille, apporte-moi mon repas de rupture du jeûne. » Umm Dharra dit : « mère des croyants, de ce que tu as dépensé tu aurais pu utilisé quelques dirhams pour acheter de la viande avec laquelle tu aurais rompu le jeûne. Elle dit : Ne me réprimande pas, si tu me l'avais rappelé, je l'aurais fait. »

Tabaqât al Kubra, ibn Sa'd al Baghdâdî, volume 8.


Egalement le Prophète saws épousa au 31ème mois de l'hégire une femme du nom de Zaynab bint Khuzaymah. Dès l'époque de la Jahiliyyah, elle fut surnommée « la mère des pauvres » du fait de sa grande générosité envers les pauvres et miséreux. Dévouée à Allah et au Prophète , elle tomba malade et mourut 8 mois après son mariage, au 39ème mois de l'hégire : le Prophète saws fit la prière funéraire sur elle et l'enterra au cimetière de Médine al-Baqî’.

Tabaqât al Kubra, ibn Sa'd al Baghdâdî, volume 8.


  • Donner sans compter

D’après Asma qu’Allah l’agrée qui a dit : le Prophète saws m’a dit : « ne retiens pas (ce que tu donnes) sinon on retiendra à ton encontre. » Dans une autre version il a dit : « Ne mets rien de côté, sinon Allah mettra de côté (des récompenses) à ton encontre. »

Sahih al Boukhârî.

Et ceci alors que dans la version rapportée par at-Tirmizhy, c’est Asma elle-même qui questionna :«  O Messager d’Allah ! Je ne possède rien à part ce qui me parvient par az-Zubayr (son mari), doit-je en donner (en aumône) ? » Puis il lui répondit comme cité plus haut.


  • Travailler pour donner l’argent récolté en aumône


Umm Salama dit au sujet de Zaynab bint Jahch, qu’Allah les agrée:

« Elle était une femme vertueuse qui jeûnait et priait ; elle travaillait et donnait tout en sadaqah pour les pauvres »


Tabaqât al Kubra, ibn Sa'd al Baghdâdî, volume 8.


Bien d’autres exemples de charité de la part des compagnonnes pourraient être cités. Il faut dire qu’elles ont fait parti de cette génération éduquée par le Prophète saws en personne : lequel leur a appris à préférer l’au-delà à l’ici-bas et a enjoint particulièrement aux femmes plus d’une fois de faire preuve de générosité, comme dans l’exemple suivant :

Abû Hurayra rapporte que le Prophète saws s’est adressé aux femmes en disant : « Assemblée de femmes musulmanes ! Que l’une d’entre vous ne méprise d’offrir à sa voisine ne serait ce qu’un maigre pied de brebis ». Sahih al Boukhari.


A nous de faire sadaqah pour concourir aux bonnes actions, pour secourir les affligés, pour effacer nos péchés !


Remède prophétique pour les siens

 

Aïcha rapporte : « A chaque fois qu’un membre de sa famille se sentait très mal, le Messager d’Allah saws ordonnait que de la soupe soit préparée. Elle l’était, et il leur ordonnait de le nourrir avec, et il disait : « elle rassénère le coeur de l’affligé, et ôte les soucis du coeur du malade, comme l’une d’entre vous ôte les saletés de son visage avec de l’eau. »

Hadith Hasan sahih, sunan at-Tirmizhy, livre 28 hadîth 2173/2039 eng.


S’excuser après les disputes : l’exemple des mères des croyants


Il est arrivé plus d’une fois que certaines des co-épouses du Prophète saws se disputent, jalousie oblige. Mais nous avons aussi des récits où elles reconnurent leurs tords, la foi étant au-dessus. Au-delà de ces aspects humains complètement compréhensibles, on doit se rappeler leur statut honorifique de « mère des croyants » conféré par Allah le Très-Haut Lui-même. Il faut dire que leur grande dévotion et leur sacrifice pour la religion en vivant auprès du Prophète saws, malgré la vie très rude et loin d’une vie de couple ordinaire, sont tout à fait uniques.

Le récit suivant concernant plusieurs d’entre-elles, nous incite ainsi à se réconcilier après les disputes qui peuvent survenir entre proches, et qui sont en général dans un contexte bien moins difficile que la polygamie, ou entre n’importe qui d’une façon plus large. Et mieux vaut s’excuser tant qu’il y a de la vie que le regretter après.

Ibn sa’d al Baghdadi rapporte dans ses Tabaqat al Kubra que Umm Habiba (Ramla la fille d’Abu Soufiane), sur le point de mourir, fit venir 'Aïcha pour une demande de pardon réciproque sur les dissensions entre co-épouses en mentionnant « les mauvais mots qui sont passés entre nous », puis fit de même avec Umm Salama.


Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres

Les croyants et les croyantes ont un beau modèle pour construire une société vertueuse et épanouissante, faite d'entraide dans le bien et de relation saine grâce au cadre de la religion d'Allah, par le verset suivant :

{Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable, accomplissent la prière, acquittent la Zakât et obéissent à Allah et à Son messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est Puissant et Sage.}
Coran, sourate at-tawbah, v.71.


Parole du Prophète Muhammad saws sur les meilleurs femmes


Le Prophète saws a dit : « Les meilleures femmes montant des chameaux sont les femmes vertueuses de Qouraych : elles sont les plus tendres envers leurs enfants dans leur prime enfance, et les plus prévenantes envers les biens de leur mari. »

 حَدَّثَنَا أَبُو الْيَمَانِ، أَخْبَرَنَا شُعَيْبٌ، حَدَّثَنَا أَبُو الزِّنَادِ، عَنِ الأَعْرَجِ، عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ ـ رضى الله عنه ـ عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ "‏ خَيْرُ نِسَاءٍ رَكِبْنَ الإِبِلَ صَالِحُو نِسَاءِ قُرَيْشٍ، أَحْنَاهُ عَلَى وَلَدٍ فِي صِغَرِهِ وَأَرْعَاهُ عَلَى زَوْجٍ فِي ذَاتِ يَدِهِ ‏"‏‏.

Rapporté par al-Bukhârî, Muslim, et d’autres.



L’intelligence et la sagesse d’Umm Salama


Umm Salama qu’Allah l’agrée, une des épouses du Prophète saws, fut la deuxième plus grande savante après Aïcha qu’Allah l’agrée : elle connaissait le Coran par coeur, elle a rapporté 378 hadîth, de même qu’elle a occasionnellement réalisé l’Ijtihad et eut un nombre conséquent d’élèves.  Son intelligence et sa sagesse permirent de résoudre une crise sans précédent lors du pacte de Hudaybiyyah (6h). En effet, les compagnons étaient dépités de ne pouvoir effectuer le pèlerinage qu'ils espéraient, et ils trouvaient que les concessions accordées par le Prophète saws aux ennemis de Qoraysh pour acheter la paix étaient trop grandes. Pour la première fois, ils désobéïssaient tous à l'ordre du Prophète , à savoir ici de mettre fin aux prémisses du pèlerinage afin de lever le camp. Umm Salama lui donna un conseil avisé qui permit de résoudre le problème.

Le récit est authentique, rapporté par al-Bukhârî :« Le Messager d’Allâh  dit à ses compagnons : « Allez accomplir votre sacrifice, ensuite rasez-vous. » Par Allâh, aucun homme ne s'est levé alors qu'il le leur a répété trois fois. Puisque personne ne se leva, il entra auprès d'Umm Salama. Il lui raconta ce qui arrivait aux gens. Elle lui dit : « Prophète d’Allâh, tu aimerais qu'ils obéissent ? Sors et ne parle à personne jusqu'à ce que tu accomplisses ton sacrifice puis appelle ton coiffeur pour qu'il te rase ». Il sortit sans parler à personne jusqu’à faire tout cela : il accomplit son sacrifice et appela son coiffeur qui le rasa. Quand les compagnons virent cela ils se levèrent, ils sacrifièrent, et ils se mirent à raser la tête les uns aux autres. »


La meilleure des dots


Le Messager d'Allah saws a dit : "La meilleure des dot est celle qui est la plus facile".

وَعَنْ عُقْبَةَ بْنِ عَامِرٍ قَالَ : قَالَ رَسُولُ اَللَّهِ ‏- صلى الله عليه وسلم ‏-{ خَيْرُ اَلصَّدَاقِ أَيْسَرُهُ } أَخْرَجَهُ أَبُو دَاوُدَ , وَصَحَّحَهُ اَلْحَاكِمُ

Rapporté par Abu Dawoud et authentifié par al Hâkim.

Respecter les femmes et leurs droits


" Ô les croyants ! Il ne vous est pas licite d'hériter des femmes contre leur gré. Ne les empêchez pas de se remarier dans le but de leur ravir une partie de ce que vous aviez donné, à moins qu'elles ne viennent à commettre un péché prouvé. Et comportez-vous convenablement envers elles. Si vous avez de l'aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l'aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien."

Coran, s. An Nisa v. 19.

Comment le Prophète saws a mentionné le consentement de la femme pour le mariage


Le Prophète saws a dit : "La femme ayant déjà été mariée a plus de droit sur elle-même que son tuteur. Quant à la femme vierge, on lui demande son accord et son silence a valeur d'accord."

L’image contient peut-être : texte
Rapporté par Muslim.