Synthèse sur la dot en Islam


Lors d'un mariage en islam, la dot donnée à la femme constitue une des obligations. Pour les malikites elle est même un pilier (rukn) du mariage sans quoi il n'est pas valide. C'est à dire qu'on ne peut se marier en décrétant l'absence totale de dot, et cela invalide le mariage. En revanche, il est possible de se marier sans mentionner ni préciser la dot au moment du contrat mais sans l'exempter pour autant : elle sera alors déterminée par les époux et le tuteur ultérieurement. Dans un certain nombre de cas juridique, on revient à la "dot d'équivalence" (selon la condition de la femme). Le fiqh islamique a aussi prévu tous les cas possibles si des désaccords surviennent au sujet de la dot ou que des incidents de la vie surviennent (divorce, décès, perte de la dot etc.) avant que l’épouse ne puissent la toucher.

Le minimum de la dot fait l'objet de divergence entre les écoles juridiques : 10 dirham pour les hanafites, un quart de dinar (ou 3 dirham légal) pour les malikites, et pour ces deux écoles elle doit être un bien et non un service rendu, et pas de minimum pour les chafî'ites et les hanbalites (ne serait-ce qu'une bague en fer. Elle peut aussi être un service comme apprendre le Coran, ibn hanbal ayant deux narrations sur les deux avis à ce sujet). Il n'y a pas de montant maximum.

À savoir que selon plusieurs récits le Prophète saws a donné à ses épouses une dot de 480 dirham ou 12 uqiyyah d'or, ce qui est un montant conséquent (environ deux fois et demi le nisab pour la zakat).


Dernière semaine d'inscription

 as salam ‘alaykoum

Dernière semaine d’inscription avant le début du séminaire d’été, à partir du 4 août.

Deux matières au choix en ligne :

-La science de l’héritage

Cette science est unique, mêlant fiqh et calculs mathématiques, et possède une valeur particulière. Le messager d'Allah saws a dit : « Apprenez les héritages et enseignez les car ce savoir est la moitié de la science et il sera oublié. Il sera la première chose qui sera enlevé à ma communauté. » (Al Hâkim). 

Les samedis de 11h30 à 13h30, en direct, support PDF inclus.

-La vie des épouses et filles du Prophète saws

Un séminaire vidéo en rediffusion, avec supports PDF, pour connaître la vie des meilleures femmes de la communauté avec beaucoup de leçons spirituelles à tirer. Il est rapporté que le messager d’Allah saws aurait au sujet de ses épouses : « Seul le pieux véridique se rappellera de vous (vous préservera) après moi (faisant référence à AbdurRahman ibn Awf). » (Tabaqat al kubra d’ibn Sa’d al Baghdâdî)


Renseignements et inscriptions sur : http://www.institut-aicha.com/p/inscription-aux-cours-et-seminaires.html




Programme d'été

 Le Programme d'été d'Institut Aïcha vous propose deux matières en ligne le long du mois d'août :

-Fiqh de l'héritage selon l'école malikite en direct.

-La vie des épouses et filles du Prophète saws en rediffusion.

Le formulaire d'inscription est ouvert sur la page : http://www.institut-aicha.com/p/inscription-aux-cours-et-seminaires.html

Nous vous recontacterons fin juillet pour finaliser l'inscription.



Nouveau séminaire

 Un séminaire pour apprendre à effectuer le pèlerinage, toutes les modalités d'inscription sur : http://www.institut-aicha.com/p/inscription-aux-cours-et-seminaires.html



La possibilité de suivre des avis d’écoles juridiques différentes

 La question de suivre ou non une école juridique, sans en sortir, ou bien de pouvoir choisir des avis dans différentes écoles juridiques, est un débat qui anime également les musulmans vivant en pays non musulman à notre époque.

Sachant que le problème majoritaire des musulmans n’est même pas de suivre ou non une école juridique. Leur problème est d’apprendre ce que signifie avoir une approche scientifique des problèmes juridiques et théologiques de la religion et de connaître les références à suivre en la matière. Bien sûr l’approche affective et spirituelle de la religion peut être faite par tout un chacun, qui va s’efforcer de se rapprocher d’Allah et de faire le bien ; mais ici nous parlons d’être capable de donner des réponses scientifiques à ce que signifient le Coran et la Sunnah sur une multitude de questions. Nous observons que la plupart du temps les musulmans ne s’efforcent pas de se baser sur les savants mujtahidun qui sont des références scientifiques reconnus au travers des siècles. Ils se basent plutôt la plupart du temps soit sur leur compréhension personnelle du Coran et des hadîths qu’ils connaissent, ou la connaissance de gens de leur entourage (réel ou virtuel) n’étant nullement spécialistes, sans se rendre compte qu’il s’agit d’une connaissance très parcellaire qui ne peut répondre solidement à des problèmes théologiques plus ou moins complexes. Ou bien ils se basent sur des imams et savants contemporains qu’ils affectionnent qui eux-mêmes ont une approche subjective et incomplète de leur religion, mais comme ils ont beaucoup plus de connaissances que les gens, leurs réponses ont l’air d’être convaincantes pour qui ne peut comparer avec les réponses des mujtahidun. Certains plus rares enfin savent distinguer les savants et enseignants contemporains qui s’efforcent de transmettre la parole des grands mujtahidun du passé et de ceux du présent qui répondent aux problématiques nouvelles de notre temps.


Concernant maintenant les grandes écoles juridiques, qui sont le travail le plus abouti des mujtahidun, deux citations de savants anciens qui sont de grandes références sur la possibilité de suivre plusieurs avis :

1/Suivre ou non une seule école juridique

Certains (savants) ont opté pour la permission (du mélange des avis), comme dans (l’ouvrage) « Le grand commentaire d’ad-Dusûqî1 », dans la phrase : « Dans le mélange des avis émanant de deux Ecoles dans une seule adoration, il existe deux avis : l’empêchement, et il s’agit de l’avis des égyptiens, et la permission, et il s’agit de l’avis des maghrébins qui est l’avis prévalent. » Fin de citation.
وذهب بعضهم إلى الجواز , جاء في " الشرح الكبير للشيخ الدردير وحاشية الدسوقي "(1 / 20): "وَبِالْجُمْلَةِ : ففِي التَّلْفِيقِ فِي الْعِبَادَةِ الْوَاحِدَةِ مِنْ مَذْهَبَيْنِ طَرِيقَتَانِ : الْمَنْعُ ، وَهُوَ طَرِيقَةُ الْمَصَارِوَةِ , وَالْجَوَازُ ، وَهُوَ طَرِيقَةُ الْمَغَارِبَةِ وَرُجِّحَتْ " انتهى

2/ L’interdiction de réunir les dérogations des uns et des autres

Soulayman at-taymî a dit : si tu réunis les dérogations (rukhsah) de tous les savants tu y rassembles le mal entièrement.

Abu ‘Umar ibn abdelbarr a dit : Ceci est un consensus dans lequel je ne connais aucune divergence.‏ ‏.‏

قال سليمان التيمي : " إن

أخذت برخصة كل عالم اجتمع فيك الشر كله

قال أبو عمر ابن عبد البر : هذا إجماع لا أعلم فيه خلافاً


Pour conclure il faut retenir deux idées :

-l’avis prévalent chez les malikites est que l’on peut prendre des avis d’autres écoles (même au sein d’une seule adoration).

Suivre une école juridique est une question de cohérence méthodologique, d’efficacité et de facilité dans l’apprentissage (aussi de s’épargner les difficultés des divergences permanentes), sans que cela conduire à une difficulté insurmontable dans la pratique en s’empêchant de considérer ce qui existe ailleurs chez d’autres grands mujtahidun.

-Mais il y a une limite : il est interdit de conduire au laxisme de ne choisir que les avis les plus faciles, les dérogations (rukhsah) notamment, sans même parler des avis laxistes qui ne sont pas de réels ijtihad. On ne pourrait concevoir par exemple d’effectuer la prière d’une façon qui ne soit valable selon aucune école, à force d’avoir abusé du mélange des avis.

1 Il s’agit du commentaire de l’explication du chaykh ad-Dardîr du mukhtassar de Khalîl (20/1), à savoir l’ouvrage de référence de fiqh par excellence de l’école malikite.

Dernières interventions

 

Le programme Ramadan touche à sa fin, comme ce mois béni dont la nuit de Laylatoul Qadr viendra couronner incha Allah notre rapprochement avec Allah subhana wa ta'ala.
La dernière intervention en direct d'Institut Aïcha sera ce samedi à 12h : savoir effectuer la prière de l'Aïd el fitr.
Suivi d'une séance de questions-réponses sur l'ensemble du cours de jeûne donné durant ce mois.
ID de réunion : 937 295 7318
Il n'y aura pas de conférence dimanche soir mais une vidéo à venir prochainement sur les jeûnes surérogatoires.
Incha Allah. Qu'Allah nous fasse encore profiter spirituellement de cette dernière semaine.