UNE FEMME CORRIGEANT PUBLIQUEMENT LES GENS AU DEBUT DE L'ISLAM



A l'époque du Prophète Muhammed (pbDsl) et des califes bien guidés, les femmes ont joué plusieurs rôle dans la société. Une femme du nom du Samrâ pouvait ordonner le bien et décommander le mal aux yeux de tous et cela était publiquement approuvé aux alentours de cette période. Elle exerçait cette activité probablement dans le cadre de l'inspection du marché. Plusieurs inspecteurs de marchés officiels (muhtasib) furent nommés dès les califats d'Abu Bakr et de 'Umar.



Nous lisons dans Al-Mu'jam al-Kabîr d' At-Tabarânî (m. 360H) : « J'ai vu Samrâ' Bint Nahîk, laquelle était contemporaine du Prophète, vêtue d'une tenue épaisse, d'un voile épais, munie d'un fouet avec lequel elle corrigeait les gens, ordonnait au bien et réprimandait le blâmable. » Récit authentique.1
20240 - حَدَّثَنَا عَبْدُ اللَّهِ بن أَحْمَدَ بن حَنْبَلٍ، حَدَّثَنِي أَبِي، ثنا مُحَمَّدُ بن يَزِيدَ الْوَاسِطِيُّ، عَنْ أَبِي بَلْجٍ يَحْيَى بن أَبِي سُلَيْمٍ قَالَ: رَأَيْتُ سَمْرَاءَ بنتَ نَهِيكٍ، وَكَانَتْ قَدْ أَدْرَكَتِ أَدْرَكَتِ النَّبِيَّ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ:عَلَيْهَا دِرْعٌ غَلِيظٌ، وَخِمَارٌ غَلِيظٌ، بِيَدِهَا سَوْطٌ تُؤَدِّبُ النَّاسَ، وَتَأْمُرُ بِالْمَعْرُوفِ، وَتَنْهَى عَنِ الْمُنْكَرِ


Une variante chez un autre auteur ancien précise que cette activité avait lieu dans le marché ; dans Al-Istî'âb (femme n°161) d'Ibn Abd al-Barr (m. 463H) : « Samrâ' Bint Nahîk Al-Asadiyyah : elle fut contemporaine du Prophète et vécut longtemps. Elle allait dans les marchés, ordonnait le bien et condamnait le blâmable, en utilisant un fouet qu'elle avait sur elle. »2 
سمراء بنت نهيك
الأسدية. أدركت رسول الله صلى الله عليه وسلم وعمرت، وكانت تمر في الأسواق، وتأمر بالمعروف وتنهى عن المنكر وتضرب الناس على ذلك بسوط كان معها. روى عنها أبو بلج جارية بن بلج


1 Cette version est authentifiée par Ibn Hajar Al Haytami dans Madjma’ al-Zawâ’id n° 15440.
2 L'ouvrage ne mentionne pas la chaîne de transmission. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire